Choisir son traitement de l'eau de piscine sans se tromper

Choisir son traitement de l'eau de piscine sans se tromper

Choisir son traitement de l'eau de piscine sans se tromper

L’eau des piscines est un environnement sensible, particulièrement propice à la prolifération des germes, des bactéries, des champignons, des algues et micro-organismes.

En effet, plusieurs facteurs extérieurs viennent polluer l’eau et donc la détériore. Les poussières contenues dans l’air, la pluie, la température extérieure et les baigneurs en sont les meilleurs exemples.

De plus, cette chaleur extérieure lorsqu’elle est élevée favorise le développement des bactéries dans l’eau et ainsi à termes d’algues.

C’est pourquoi parfois l’eau de piscine devient verte, on dit alors qu’elle a tourné.

Filtrer l’eau de votre piscine est essentiel mais insuffisant pour avoir une eau claire et limpide. Il vous faudra aussi l’assainir en la désinfectant. Un bon traitement de l'eau de piscine s’impose.

La solution au problème de la qualité de l’eau :

Le choix du type de désinfectant influera sur l’installation à prévoir dans votre local technique. Il est donc important de prendre cette décision dès l’élaboration de votre projet.

Pour éviter ces désagréments et avoir une eau propre, il existe différentes méthodes de traitement

Le traitement chimique :

Utilisation d’un désinfectant dans son eau de piscine comme le brome, le chlore, le BHMV ou encore l’oxygène actif afin de trouver l’équilibre de celle-ci et donc d’éviter la naissance ou le développement de bactéries, d’algues ou autres organismes nuisibles.

Le traitement chimique par chlore

On parle ici du traitement de l'eau de piscine le plus connu du grand public, au point que son odeur est associée à la piscine.

Pourquoi le chlore ? Tout simplement à cause de son efficacité et surtout de son bon rapport qualité/prix.

Sans trop verser dans la chimie, il est bon de savoir que les produits chlorés font partie de la famille des halogènes. Ce sont des désinfectants et oxydants très puissants dans la lutte contre les bactéries, les champignons, les virus et les matières organiques.

Son efficacité est maximale dans des eaux très acides (PH très faible) et le devient moins à mesure que le PH augmente. Un compromis doit donc être trouvé afin d’avoir une bonne efficacité tout en ayant une eau supportable par les baigneurs.

Points forts

Un grand avantage est son pouvoir de rémanence. Il purifie l’eau, mais détruit également les germes au fur et à mesure de leur apparition.

En utilisation régulière, le chlore a de bonnes propriétés algicides.

Son principal avantage est son prix. Peu cher, un galet suffit en général pour une semaine de traitement. C’est le traitement le moins onéreux du marché.

D’une utilisation très simple. Les galets uni doses sont très pratiques à utiliser et proposent une action complète sur l’ensemble des germes.

Contraintes

Son efficacité baisse à mesure que la température augmente.

Agressif pour la peau et les muqueuses, il demande une attention particulière concernant son dosage. Effectivement, un surdosage est néfaste pour la santé des baigneurs. Ce dernier doit donc être contrôlé très régulièrement, à savoir au moins une fois par semaine.

Son odeur très caractéristique est plutôt désagréable.

Ne mettez jamais de galets de chlore directement dans le bassin. Vous risqueriez d’endommager le revêtement de votre piscine.

Les ultraviolets (UV), auxquels il est très sensible le dégradent rapidement. Pour conserver dans le temps ses qualités de désinfectant un stabilisant lui est associé (inclus dans les pastilles). Malheureusement, autant le chlore se dégrade avec le temps, autant le stabilisant s’accumule dans l’eau de votre bassin. Une concentration trop importante de ce dernier réduit l’efficacité du chlore. Il est donc important d’en surveiller le niveau. Si le niveau de stabilisant atteint 75 mg/litre, le chlore devient inopérant. Il faut donc déconcentrer l’eau et le seul moyen est de la renouveler partiellement.

Le traitement chimique par brome

Le brome est un puissant oxydant et désinfectant.

Il permet une action complète sur l’ensemble des germes, éliminant les bactéries, virus, champignons et autres matières organiques amenés dans l’eau de votre piscine.

Points forts

Avec un brominateur, le traitement au brome est d’une simplicité enfantine. Vous le remplissez au ¾ de pastilles de brome et vous réglez le débit de passage de l’eau, pour obtenir le bon niveau de brome dans votre eau de baignade. Une fois que presque toutes les pastilles ont été dissoutes, vous en rajoutez à nouveau. C’est tout !

Un confort de baignade supérieur par l’absence d’effet irritant et d’odeurs.

Tout comme le chlore, le brome a aussi un pouvoir de rémanence.

L’action du brome est triple. C’est un désinfectant, mais aussi un oxydant et un algicide. Utilisé régulièrement, il vous permettra de diminuer les besoins en produits complémentaires, moins d’algicide notamment.

Peu sensible aux ultraviolets (U.V.) du soleil, le brome n’a pas besoin,  contrairement au chlore, d’être stabilisé. L’eau étant donc moins chargée, son renouvellement peut-être plus espacé.

Il reste efficace dans des eaux plutôt chaudes et jusqu’à des températures élevées.

Contraintes

Les contraintes du brome sont les suivantes :

Comme tout les halogènes (famille chimique du chlore et du brome), c’est un très bon oxydant. Cependant, son action étant de courte durée, il doit être injecté de manière continue à l’aide d’un brominateur,

Il est de 20% à 40% plus cher que le chlore.

Ce sont la les deux principaux désinfectants chimiques utilisés pour les piscines privées.

Une solution alternative et ultra performante à ces traitements chimiques est :

Le traitement biologique

Dans une piscine filtrée biologiquement, l'eau est régénérée naturellement sans produits désinfectants, grâce aux microorganismes, à une stérilisation reproduisant des phénomènes naturels et accessoirement les plantes. La piscine s'intègre parfaitement dans le jardin et vit au rythme des saisons. restant ainsi superbe, même en hiver.

Aujourd'hui, qui n’est pas sensible aux soucis d’environnement, à la préservation de notre planète ?

La piscine biologique ainsi équipée est une vraie alternative à la piscine chlorée traditionnelle.

Elle permet une eau chauffée jusque 30°, l'installation d'un volet et tous les agréments d'une piscine chlorée.

SANS PRODUITS CHIMIQUES !

Le système de filtration Lotus de Aquatic  Science pour la piscine biologique est confiné à un local technique, au même titre qu’une piscine classique. Il s’intègre parfaitement dans un local existant

La qualité de la filtration permet un respect des normes sanitaires aussi rigoureux que pour la baignade publique.

C’est une solution de filtration compacte, efficace et garantie , qui ne nécessite pas de lagunage comme pour une piscine naturelle

L’ajout d’un lagunage est alors optionnel et dépendra de l’architecture paysagère désirée. Grâce à ce système nous égalons le confort d’une piscine classique (chimique)

Le mode de fonctionnement

Le système de filtration Lotus est assez semblable à un système de filtration classique avec quelques modifications et appareils supplémentaires. On utilise de la même manière qu'une piscine classique des produits d'entretien 100 % naturel permettant d'obtenir une eau limpide.

La pré-filtration ou filtration mécanique

Il s'agit d'éliminer les déchets solides en suspension dans l'eau. Cette action est essentielle, elle permet de séparer les grosses particules, afin de limiter l'encrassement et les entretiens de la filtration biologique proprement dite.

Le système le plus simple est la décantation : si l'eau circule lentement dans un récipient, les déchets plus lourds vont se déposer. Il est également possible de séparer les déchets en créant des ''vortex'' où l'eau, en tourbillonnant, va rapidement déposer les substances plus denses. Le Shark Bead, par exemple, associe un effet vortex à un passage dans un substrat biologique et mécanique.

L'autre technique, très répandue, consiste en un ''tamisage'' par panier (dans les pompes, les skimmers) ou grille (Shark Sieve, Ultrasieve, ...).

LE POLYVORTEX

Une petite révolution dans le monde du bassin et de la baignade.

Véritable ''dépoussiéreur'' d'eau, le Polyvortex d'Aquatic Science peut capturer des poussières aussi fines que 30 à 80µ. Envoyée sous pression dans le filtre, l'eau entre dans de multiples ''hydro-cyclones''qui génèrent un important effet centrifuge. Les sédiments décantent au centre du tourbillon et s'accumulent dans un collecteur nettoyé par simple purge. Il ne consomme que très peu d'eau et ne doit pas être alimenté en électricité. On le réserve généralement aux montages en «pression».

Il permet de diminuer l'entretien du filtre principal et d'économiser de l'eau réservée aux rinçages.

L'appareil fonctionne sur le principe de la filtration centrifuge de l'eau.

L'eau propre remonte pour suivre le trajet originel vers le filtre principal.

La filtration biologique proprement dite

Les 'Bead filters' (littéralement filtres à perles) sont des filtres à pression contenant des billes en plastique (Beads), support très performant pour le biofilm bactérien. Pendant la filtration, la saleté est retenue par les billes ce qui favorise le développement du biofilm. Dès que ce développement bactérien a atteint sa maturité, il devient impossible aux déchets, même les plus fins, de traverser ces masses filtrantes. Les Bead filters sont ainsi reconnus comme étant les filtres les plus performants, tant du point de vue mécanique que biologique.

UV et ozone :

La post-filtration

Aider l'écosystème de manière efficace

En fin de cycle de filtration, une désinfection de l'eau à l'aide d'un filtre UV est très utile. L'Uvozone, une technologie innovante inspirée de la nature, assure un traitement conjoint par le rayonnement ultra-violet et l'ozone, assurant une épuration des germes jusqu'à 99,9 %.

Le procédé Uvozone®, en combinaison avec un filtre biologique, garantit une qualité sanitaire optimale, sans utilisation de produits chimiques. Il est également actif contre les parasites et, bien entendu, contre les algues.

Le cycle de l'ozone dans la nature

Sous l'influence des rayons UV du soleil (1), l'oxygène (2) de l'air se divise en deux atomes (3) pour ensuite former une molécule d'ozone (4). L'ozone va réagir pour éliminer les agents polluants (5) tout en libérant une molécule d'oxygène.

Le cycle de l'ozone dans l'Uvozone®

Grâce à une ampoule UV spécifique (1), en plus d'une destruction des germes et pathogènes, l'air est irradié par une lumière ultraviolette qui convertit l'oxygène en ozone (2). Le mélange air-ozone est injecté dans le circuit d'eau en amont de l'Uvozone® (3). L'ozone (4) conduit à l'oxydation des organismes pathogènes présents dans l'eau et les matières toxiques en solution. L'eau passe ensuite dans la chambre de réaction (5) où elle est stérilisée par les rayons UV. Le reliquat d'ozone y est détruit.

 

Le traitement naturel